top of page
Rechercher

Egidio Di Velo


Egidio Di Velo dans la culture vicentine du XIXe siècle Le comte Girolamo Egidio di Velo est né à Vicence en 1792 dans une famille noble possédant de vastes domaines ; il possédait le palais Di Velo à Carpagnon, dans la ville, si confortable qu'il a pu accueillir le roi du Danemark en 1709 ; en 1808, il a également hérité du palais Montanari. Après avoir terminé ses études, à partir de 1812, il fait le tour de l'Europe : Paris, Hollande, Danemark. Il retourne en Italie et, en 1816, séjourne à Rome, à Naples et en Sicile ; dans le sud, il commence à étudier l'art et se lie d'amitié avec le comte Cicognara (président de l'Accademia di Belle Arti à Venise).

En 1819, il passe un an à Londres où il fréquente Ugo Foscolo et étudie attentivement les dessins originaux de Palladio (à Londres par l'intermédiaire de l'architecte anglais I. Jones, qui les avait reçus de Scamozzi à Vicenza). De retour à Vicence, il enrichit le Palazzo Montanari de vases grecs collectés dans le sud et fait décorer une salle avec des peintures de style pompéien. En 1824, après des études et des discussions avec des amis érudits, il entreprend une campagne de fouilles archéologiques à Rome ; il choisit les ruines des thermes de Caracalla, en s'inspirant des dessins de Palladio (très précis, bien qu'en 1550 Palladio ne mesurait que la surface). Il adopte une nouvelle technique de fouille : il subdivise toute la zone archéologique en une grille et sur chaque carré il fait des excavations peu profondes, 30/50 cm ; ce n'est que dans les carrés les plus prometteurs qu'il continue, en creusant toujours par couches. Jusqu'alors, il avait procédé à des trous profonds de petit diamètre à différents endroits. Sa technique lui a permis de découvrir le vaste plancher du hall central, décoré de la splendide mosaïque de 28 athlètes ; et il a confirmé l'exactitude des dessins de Palladio. Di Velo avait passé un contrat préliminaire avec les États pontificaux pour lequel il serait dédommagé d'une partie des statues trouvées ; mais il ne trouva qu'une seule grande et splendide mosaïque et un litige juridique s'ensuivit ; un accord fut trouvé et Di Velo obtint 22 statues qui se trouvent déjà dans les musées du Vatican. Ces statues, ainsi que celles du théâtre de Berga, sont à l'origine de notre musée archéologique. Avant de mourir, en 1831, il a inclus dans son testament (sa sœur Isabella était l'unique héritière) un legs de 100 000 lires vénitiennes pour un monument à Palladio ; mais ceci est une autre histoire. ing. Fabio Gasparini





1 vue0 commentaire

Comentários


bottom of page