top of page
Rechercher

Le parcours de Giotto entre Florence et Padoue


Florence a vu les mains d'un jeune, mais déjà talentueux Giotto di Bondone, réaliser les premières œuvres, timides.



C'est Cimabue qui le découvre, tandis qu'il est occupé à peindre ses moutons broutant un galet. Il l'emmène avec lui dans son atelier et ensemble, ils voyagent dans les capitales italiennes de l'art.


Mais c'est au sommet de son ascension que même les terres vénitiennes bénéficient de son admirable habileté : en effet, à Padoue, il réalise les fresques de l'intérieur de la chapelle Scrovegni, achevée au début des années 1300 et fortement désirée par la figure politique Enrico degli Scrovegni, un lieu qui attire encore aujourd'hui des visiteurs du monde entier.

Le bleu intense du ciel envoûte le regard. Un fil émotionnel qui lie les hommes à tout, à l'infini, à l'incompréhensible. Le chef-d'œuvre de l'artiste, qui donne ainsi une perle à la ville de Padoue que nous pouvons, heureusement, admirer dans toute sa splendeur, dans la simple pièce rendue majestueuse par les figures peintes.


À Florence, sa ville natale, nous découvrons des œuvres tout aussi significatives de #Giotto, parmi lesquelles se détache le crucifix en bois de l'église de Santa Maria Novella. Le style est sans équivoque et suggère un Giotto dans sa phase de jeunesse. La très grande harmonie est la même que celle rapportée à Padoue et c'est celle que le maître parvient à transmettre dans les visages, les couleurs et l'architecture de ses œuvres.


3 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page