top of page
Rechercher

Palladio, Gandhi et Mandela




C'était une période de transformation profonde et de grand espoir, au cœur de l'Afrique du Sud, au cours de ces années qui façonnaient l'avenir du pays.



Quatre colonies britanniques, le Natal, le Cap de Bonne-Espérance, le Transvaal et l'État libre d'Orange, se sont unies pour créer une nouvelle entité politique, née sur les cendres de la domination coloniale sur les républiques boers.

La création de l’Union sud-africaine était une tentative d’unir différentes communautés et leurs intérêts sous un seul gouvernement, dans un contexte où la discrimination raciale et les inégalités sociales étaient encore très présentes.


Aujourd'hui, la grande statue de Nelson Mandela se dresse imposante mais souriante au pied de l'escalier d'entrée, accueillant ceux qui arrivent avec un énorme câlin.

À l'époque, le père spirituel du pays n'était pas encore né, mais la lutte pour l'égalité et les droits civiques était, grâce à des dirigeants comme le jeune avocat Mohandas Karamchand Gandhi, qui avait commencé à défendre les droits de la population indienne. en Afrique du Sud.

Ces mouvements prendront de l’ampleur au fil du temps, contribuant à la lutte contre l’oppression et l’injustice.




Malgré les inégalités et les problèmes sociaux, l’Afrique du Sud en 1909 était également un lieu de troubles culturels et politiques.

Les défis auxquels l’Afrique du Sud serait confrontée sur la voie de la démocratie et de l’égalité n’en étaient qu’à leurs balbutiements.


Alors que l’Union sud-africaine cherchait à forger une identité nationale et à surmonter les divisions, les inégalités raciales et sociales constituaient un obstacle important.

Mais les diverses communautés ethniques et culturelles, notamment les Boers, les Britanniques, les Indiens et les peuples autochtones, ont apporté avec elles une richesse de traditions et d'idées qui ont contribué à la diversité du pays.


L’Afrique du Sud en 1909 était donc un pays où cohabitaient espoirs et tensions.

Cette année-là, le gouvernement sud-africain décida de construire un quartier général qui incarnerait la force et la grandeur de sa jeune nation. C'est ainsi que sont nés les Bâtiments de l'Union, une œuvre architecturale imposante destinée à devenir le symbole même de l'unité du pays.

Le choix du style architectural des Union Buildings n'était pas fortuit : le gouvernement sud-africain souhaitait une architecture qui incarne la majesté et la grandeur des civilisations classiques, en s'inspirant de ce monde qui avait été aussi britannique et qui allait désormais au-delà, comme il l'avait été. La situation a été différente pour les États-Unis.

Le néo-palladianisme, dans une version encore renouvelée, semble répondre parfaitement à ces besoins.

Ainsi, les designers Herbert Baker et Sir Edwin Lutyens se sont mis au travail : la construction a commencé en 1909 et a nécessité quatre ans d'engagement et de dévouement pour voir le jour.


Les Union Buildings se dressaient majestueusement sur une colline, dominant l’horizon de Pretoria.

Leur façade témoignait de la perfection à laquelle une société peut aspirer, en équilibrant harmonieusement les parties de l'organisme. Les colonnes corinthiennes soutenues par des socles imposants semblaient évoquer les jours glorieux de la Grèce antique et de Rome.




Les Bâtiments de l'Union représentaient le rassemblement des différents États sud-africains qui avaient formé leur Union, un lieu où la diversité pouvait trouver un terrain d'entente, un lieu où les décisions qui façonneraient l'avenir du pays seraient prises ensemble. En plus de leur fonction de siège du gouvernement, les bâtiments de l'Union étaient également - et sont toujours - un lieu de rencontre pour la population. Les gens se rassemblent dans leurs vastes jardins, admirant la vue panoramique sur la ville et saisissant l'occasion de participer au voyage de la démocratie. C'est dans cette capacité à se fondre dans le paysage environnant, comme dans les Villas Palladiennes de notre territoire, ainsi qu'à évoquer un passé - certes occidental - mais de démocratie et d'idéalité, que réside la grandeur que chacun admire encore dans ces architectures. aujourd'hui.


Les Bâtiments de l'Union ont été témoins de nombreux moments historiques importants.

Ils ont accueilli des dirigeants politiques, ont été le théâtre de discours significatifs et ont été témoins de célébrations et de manifestations. Au fil des années, ils sont devenus un symbole de démocratie et d’espoir pour l’avenir d’une nation multiculturelle.


Aujourd'hui, les Bâtiments de l'Union continuent d'enchanter les visiteurs par leur beauté intemporelle. Leur magnificence architecturale, la référence au palladianisme, mais aussi le choix des matériaux locaux et la manière de les traiter, ainsi que la symbiose avec un jardin et un paysage absolument sud-africain en face, constituent un hommage aux racines historiques de l'Afrique du Sud. et à sa capacité à surmonter les défis et à s’unir en tant que nation.

.

L’histoire des Union Buildings est celle de l’ambition, de la détermination et de l’unité.

Une histoire sur la façon dont l'architecture peut transmettre un message d'espoir et de progrès capable de transcender les frontières du temps et de l'espace.

0 vue0 commentaire
bottom of page