top of page
Rechercher

Quelques excellents touristes dans l'histoire de Vicence





À Vicence, le tourisme est né il y a des siècles avec des visiteurs importants, passionnés et curieux des œuvres de Palladio, quelques années seulement après sa mort. Nous n'en choisissons ici que quelques-uns, sautant d'un siècle à l'autre et restant à proximité de ce qui est aujourd'hui de loin l'attraction la plus visitée.






Les premiers touristes officiels dont l'histoire se souvient furent les très jeunes représentants de l'ambassade de Tenshō, voyageant du Japon vers l'Europe entre 1582 et 1590. Les chroniques parlent de quatre jeunes nobles, âgés de 13 et 14 ans, fils d'aristocrates convertis au catholicisme par Saint-Pierre François Xavier. Les garçons ont été choisis par Alessandro Valignano, inspecteur des missions jésuites en Orient, dans le double objectif de rapprocher le Japon de l'Occident et d'obtenir le soutien et l'aide financière de la papauté romaine.


Ils sont partis sur un bateau portugais avec des escales en Chine, Malaisie, Goa, Afrique, Espagne.





Ils arrivèrent ensuite à Rome ; Une fois leur mission accomplie, ils cherchèrent un embarquement pour retourner vers l'Est. Le port le plus approprié à cet effet était Venise ; ils s'y rendirent et en attendant le bon navire, ils visitèrent la Vénétie en tant que touristes et se trouvèrent à Vicence en juillet 1585.


Ils ont visité l'Olimpico nouvellement inauguré, accueilli avec honneur par les autorités, à la demande du doge vénitien Nicolò Da Ponte. Une fresque monochrome de Maganza dans l'Antiodeum les représente sur les premiers pas, attentifs au discours de bienvenue de l'Académie olympique.





Nous rapportons ci-dessous un passage de ce que Livio Pagello a dit aux invités, prononçant son discours devant ceux qu'il a définis comme les Nouveaux Mages de l'Orient : « Chacun apprécie, lorsqu'il a l'intention de trouver un instrument, ou un art qu'il n'était pas auparavant. connu [...] Mais quand devrions-nous nous amuser davantage, sachant maintenant clairement que la terre n'est pas si déserte qu'il n'y ait pas de joie dans toute la circonférence de son globe, joie pour nous et gloire pour nous le Dieu le plus haut ? ---] Il est particulièrement approprié que notre société olympique, si favorisée par vous, se réjouisse, car vous avez le droit de la visiter et de l'honorer de votre présence. "


Un autre touriste exceptionnel que nous ne pouvons manquer de mentionner est le grand architecte anglais Inigo Jones.


Lors de son séjour à Vicence en 1613, il reçut l'excellente direction de Vincenzo Scamozzi

Il était évidemment un érudit très attentif de Palladio, comme en témoigne l'exemplaire qu'il possédait des « I Quattro Libri » : qui a survécu jusqu'à nos jours et porte de nombreuses notes personnelles clairement en anglais.





C'est Jones lui-même qui, de retour à Londres, diffusa avec conviction le choix de l'architecture palladienne dans son pays, puis de là - comme nous le savons - dans différentes parties de la planète.


Un autre voyageur, peut-être parmi les représentants les plus célèbres de la tradition du Grand Tour, était sans aucun doute un autre éternel, l'Allemand Johann Wolfgang Goethe, qui séjourna quelques jours dans la ville en septembre 1786.




Il arrive incognito à Vicence, se déclarant peintre. Connaissant parfaitement le latin et pas mal d'italien, il se mêlait au peuple et assistait même à un débat public à l'Odeo Olimpico.


Il admira les œuvres d'Andrea Palladio sous la direction appréciée d'Ottavio Bertotti Scamozzi et écrivit à son sujet des éloges enthousiastes dans son célèbre « Voyage en Italie » : « Il y a quelque chose de vraiment divin dans ses dessins : parfaitement comme la forme d'un grand poète. qui façonne une troisième chose issue de la vérité et de la fiction, dont l'existence fictive nous captive."





Plus récemment, en 1901, Gabriele D'Annunzio nous a visité et nous a depuis lors décrit comme "Vicence la belle, ma ville bien-aimée".


A cette occasion, le poète proposa de gérer l'Olimpico comme un Théâtre National. L'idée n'a pas eu de suite à l'époque, mais après le feu vert de la Commission culturelle du Sénat, il y a à peine deux mois, la Chambre des députés a voté en faveur du projet de loi visant à donner au Théâtre olympique de Vicence le titre de monument national.


Visiter Vicence et le patrimoine palladien avec cette saveur, aujourd'hui à l'ère de l'intelligence artificielle, est encore possible. Et ce n'est certainement pas pareil.


Découvrez comment ici !




Sources/Crédits :


Ing. Fabio Gasparini, "Tourisme de qualité à Vicenza", de la revue Vicenza in centro, périodique de Vicenza au Centro APS – année XX n 2 – février 2021


"Oraison aux très illustres ambassadeurs japonais venus auprès du Souverain Pontife sous la direction des Pères Jésuites, récitée à l'Académie de Vicence par Livio Pagello", Bibliothèque Civique Bertoliana, ms.171, 45r-46r


Arianna Nazzari, « L'ambassade Tenshō », sur le site de l'Association culturelle japonaise en Italie, mai 2022


Adriana Eramo, "Goethe et Vicenza", du site L'Altra Vicenza, mars 2023

0 vue0 commentaire

Commentaires


bottom of page